Les 5 étapes pour devenir organisatrice de mariages

Les 5 étapes pour devenir organisatrice de mariages
Pour devenir organisatrice de mariages, vous avez le choix entre vous lancer à l’improviste, et/ou suivre une formation spécialisée et/ou suivre une formation marketing, et/ou suivre une formation de chef d’entreprise.
 
Entre toutes ces possibilités où tout le monde cherche à tirer couverture à lui, difficile d’y voir clair et de faire un choix avisé.
 
Emmanuelle Lorentz, wedding-planner basée en Alsace, accorde bien volontiers  que ce qui lui était difficile quand elle s’est lancée en 2014 c’était de ne pas ’ “avoir des informations sur le métier” ni “de savoir quelles démarches effectuer et dans quel ordre.”
 
Nous voilà  7 ans après, et toujours les mêmes difficultés  rencontrées aujourd’hui, mais pour d’autres raisons : à l’époque il n’y avait que très peu d’infos. Aujourd’hui il y en a beaucoup plus. Du bon …. et du moins pertinent.
 
Aussi, à travers cet article, je vais vous conseiller sur les 5 étapes pour devenir organisatrice de mariages, à votre compte dans un environnement concurrentiel fort et dynamique. 
 
Et vous savez pourquoi vous allez adorer cet article ? Car il est clair, avisé et étayé  d’avis de wedding-planners en activité.
 
En route pour les 5 étapes pour devenir organisatrice de mariages en 2021.

1 | TRAVAIL D’ENQUÊTE

Quand je me suis installée en 2008, il était recommandé de faire une étude de marché puis un business-plan. Et cela devait suffire selon les résultats positifs obtenus pour ensuite enchainer sur les formalités officielles de création de votre entreprise.
 
Bon, je schématise beaucoup, mais pour devenir organisatrice de mariages à cette époque là, c’était une démarche tellement saugrenue aux yeux des organismes de formation, et autres organismes de soutien à la création d’entreprise… : “mais organiser des mariages, on a besoin de personne” ou encore
“organiser un mariage c’est pas un métier çà, si ?”
 
Welcome to 2021. les temps ont bien changé, et les marchés se sont ouverts. Les mentalités aussi. Les pionniers que nous avons été, et nos réussites ont permis aux mentalités d’évoluer. Aujourd’hui.. même les wedding-planners passent à la TV dans tous les pays.. c’est pour dire !
 
En tout cas, si vous êtes là entrain de lire cet article, c’est que vous attendez du concret pour devenir organisatrice de mariages.
 
En lieu et place d’une étude de marché classique, je vous recommande plutôt l’enquête terrain, sans chiffres… car
1 | Vous ne les obtiendrez pas vraiment
2 | il y a encore trop de disparités sur le marché des wedding-planners pour extraire des données comparables et donc analysables comme il se doit dans une étude de marché.
 
Vous êtes dans un “entre deux”. C’est-à-dire que L’ÉTUDE DE MARCHÉ n’est plus une obligation en 2021 pour tester un marché du wedding-planning qui continue de se structurer, et à la fois trop tôt pour les prochaines études de marché sur le wedding-planning quand justement la structuration du métier sera mature.
 
Je vous recommande donc de commencer par une solide enquête de terrain en lieu et place d’une étude de marché type école de commerce 🙂 (et pourtant, je viens de là ^^)
 
  • ce qu’il faut c’est enquêter sur le métier lui même afin de comprendre ce qu’il est, son environnement et toutes les variantes existantes encore aujourd’hui. Je suis une puriste, un wedding-planner planifie. Un wedding-planner ne décore pas (wedding-designer), n’officie pas (officiant e cérémonie laïque), ne fait pas à manger (traiteur), n’ambiance pas les foules (DJ, live band).. bref.. vous m’avez comprise. Il n’en est pas moins vrai, que vous devez tout prendre en compte, car c’est aussi la réalité actuelle du terrain, et vous devrez en tenir compte plus tard, dans vos choix de positionnement (entre autres).
  • quel est le potentiel du marché “wedding-planning” sur le segment que vous allez choisir d’investir ? densité / nbres de mariages en mairie sur la ville – la région. Combien de wedding-planners déjà présents sur ce segment…
  • sélectionnez les wedding-planners (ici ou ailleurs) et essayez de comprendre ce qu’elles proposent, comment elles le proposent et à qui elles le proposent. Relevez – parmi ces informations rassemblées –  ce qui vous inspirent le plus, vous plait, et vous déplait.

2 | FORMATION MÉTIER AVEC STAGES TERRAIN

IN-DIS-PEN-SAB-BLE. Suivre une formation, même plusieurs – sur le métier c’est aujourd’hui indispensable. Impossible de faire sans.
 
À la question “Qu’est-ce qui te semble difficile aujourd’hui pour les wedding-planners qui se lancent sur le marché en 2021 ?” Émilie Van Branteghem, wedding-planner à Lille depuis plus de 10 ans répond spontanément : “Ça me paraît beaucoup moins compliqué car il y a tellement à faire pour se faire connaître plus rapidement, il y a de super formations et le métier s’est démocratisé. Je dirai peut-être la concurrence, si elle est forte dans une région ? (et encore, il y a de la place pour tout le monde)”.
 
La même question a été posée à plusieurs wedding-planners qui ont un peu de “bouteille”, et la réponse est unanime. Cécile Benzimra, fondatrice de l’agence Save Your Date à Orléans  regrette  quant-à-elle qu’à l’époque il n’y ait pas eu de “formations”!
 
Plusieurs organismes de formations se partagent le haut du pavé de la formation initiale en France comme l’IWI, Jaelys ou encore la Wedding-Academy , quand beaucoup de wedding-planners se sont mises sur le marché en offrant des programmes de formations basées sur leurs expériences.
 
Difficile dans ces cas-là de faire son choix.
 
À la Muriel Saldalamacchia Academy, nous avons proposé pendant 6 années une formation initiale qui démarrait par 15 jours de formation en immersion en Centre à Saint-Rémy-de-Provence, suivi d’1 an de travail et de mise-en-place avec chacun des wedding-planners en herbe, pour les mener jusqu’à leurs premiers mariages. Sans oublier le stage terrain obligatoire. En parallèle, toujours à la MSA, nous avons toujours proposé des sessions de formation de type “perfectionnement “. Étant moi même wedding-planner avec des saisons pleines et régulières, j’ai toujours eu besoin de partager avec mes pairs , jeunes et moins jeunes dans le métier  sur ce qui mène à la réussite, à mieux travailler, à prendre son pied en se levant chaque matin.
 
Former c’est aussi un métier : cela a été le mien dans mes vies antérieures ^^
 
Vous former donc c’est indispensable, je l’ai déjà écrit. Mais j’insiste.
 
Choisissez de vous former plusieurs fois, plusieurs formats. Soyez un.e boulimique de formations avant de vous lancer. Il n’y a pas qu’un seul discours qui soit suffisant. Vous devez recouper les informations.
 
Aujourd’hui la formation professionnelle, c’est aussi une ouverture d’esprit. Et il est évident que certains discours raisonneront mieux en vous selon votre état d’esprit au moment où vous l’écouterez.
 
Comment choisir la ou les formations ?
  • passez des entretiens pour poser des questions. quelles pédagogies ? quels programmes ?
  • discutez avec d’anciens élèves – pas celles et ceux qui viennent juste de finir leurs parcours. Contactez plutôt celles et ceux qui sont toujours présent.es sur le terrain plus de 2 ans après la fin de leur formation.  
  • variez les formats.
 
Justine Huette, wedding-planner en région Parisienne depuis plus de 6 ans regrette qu’à son époque elle n’ait pas eu autant de choix. Ce qu’elle dit lui avoir manqué à l’époque ? “Un bon process de travail et tes* formations en ligne
 

3 | FORMATION CHEF D’ENTREPRISE

À ce jour, il n’y a rien de plus efficace que de suivre une formation extérieure  à l’industrie du mariage pour devenir chef d’entreprise
 
Car c’est ce que vous allez être un chef d’entreprise. En choisissant de devenir organisatrice de mariages, vous allez aussi embrasser la posture de chef d’entreprise.
 
Et au-delà d’être un véritable état d’esprit, créer son entreprise et la diriger, la faire prospérer en développant un esprit entrepreneur : cela s’apprend. À ce jour, je reste convaincue que c’est une des meilleurs formations que j’ai faite dans ma vie, et pourtant je suis issue d’une famille d’entrepreneurs.
 
Choisissez un centre de formation spécialisé. Vous pourrez trouver les coordonnées de votre centre de formation le plus proche par Pôle Emploi ou encore via votre CCI (Chambre de Commerce et de l’Industrie).
 
Cathleen, wedding-planner basée à Nice depuis moins de 2 ans est claire sur le sujet “ Ce qui a été difficile c’était de trouver LA bonne école de formation pour obtenir des info pratiques sur le métier. Une orientation terrain et métier et non pas une formation type « quel statut de société choisir ou des informations copier coller de recherches web ». Et puis passer le pas de devenir Entrepreneur avec les incertitudes que cela induit.
 
Issue d’une école de commerce avec option management des entreprises : c’était évident pour elle!
 
Vous l’avez compris : pour devenir organisatrice de mariages, choisissez toujours de compléter votre formation par une formation spécifique pour devenir chef d’entreprise. En plus des modules déjà présentés dans les écoles de formation présentes sur le marché de l’industrie du mariage.

4 | CRÉATION DE SON ENTREPRISE

Vous voilà proche de devenir organisatrice de mariages n’est-ce pas ? Regardez plutôt :
 
Vous avez désormais réalisé :
  • vos enquêtes terrain
  • votre formation métier “wedding-planner” + assorti de son (ses) stage(s) terrain.
  • vous avez complété votre savoir-faire par une formation “devenir chef d’entreprise”
 
Avec ces trois premiers points vous savez déjà :
  • où vous allez vous installer
  • quelle va être votre cible client
  • quelle va être votre positionnement
  • quelle va être votre offre commerciale.
 
Pour officiellement devenir organisatrice de mariages,  place désormais à la création de votre entreprise.
 
  • Legal place : une excellente ressource en ligne avec des conseillers très professionnels qui peuvent vous accompagner et vous conseiller de manière neutre et efficace.
  • CCI : pour votre immatriculation au RCS (Registre des Commerces et des Sociétés)
  • Déposer son nom d’entreprise / logo auprès de l’INPI – Institut National de la Propriété Intellectuelle. (rien d‘obligatoire cependant)
  • Avocat spécialisé en droit des affaires : rédaction des statuts / des contrats de prestations de services, de vents, conditions générales de ventes, médiation…
  • Expert comptable : pour vous guider et vous accompagner dans vos échéances sociales, fiscales, et construire un business plan viable et réaliste.
  • Banque : avoir une relation privilégiée avec son banquier, c’est un des clefs de votre réussite sur le long terme.
 
Enfin tous ces points sont présentés dans le cadre d’une installation en entreprise individuelle à minima jusqu’à la SAS. Si vous optez pour le statut de micro-entrepreneur (jusqu’à peu connu sous le nom “auto-entrepreneur” ) alors beaucoup de ces démarches ci-dessus sont + rapides, et certaines inutiles (expert-comptables notamment)

5 | ACTIONS COMMERCIALES

À vous de jouer désormais. Vous avez vos trois lignes d’actions commerciales à mettre en actions :
  • la publicité : c’est l’action commerciale qui vise à attirer le client potentiel vers votre prestation de service (une organisation de mariage de A à Z par exemple) .
  • la promotion : c’est l’action commerciale qui vise à mettre votre prestation de service (une organisation de mariage de A à Z par exemple) sous le nez de votre client potentiel.
  • la prospection  : c’est l’action commerciale qui vise à établir un contact direct avec les clients potentiels : à travers un salon du mariage par exemple, à travers une newsletter que vous allez mettre en place en générant du leads grace aux deux actions ci-dessus présentées. Clairement: celles-ci est à ce jour la plus difficile et très couteuse.
 
Dernier point très important qui mériterait un article à part entière : votre “mise” de départ pour devenir organisatrice de mariages.
 
Il est capital aujourd’hui de lancer votre structure avec une mise de départ en rapport avec votre positionnement.
 
La concurrence est forte : des wedding-planners chevronnées déjà. bien ancrées sur leur marché aux nouvelles wedding-planners déjà bien structurées, vous ne pourrez pas devenir organisatrice de mariage sans investir massivement dans vos actions commerciales.
 
Réussir n’est pas une question d’argent. Réussir est une question de bons investissements, au bon moment, au bon endroit. Et se lancer aujourd’hui : c’est investir.
 
Je vous souhaite de faire du bruit ! Je vous souhaite de devenir l’ organisatrice de mariages que vous avez toujours rêvé d’être.
 
Cela commence aujourd’hui !
 
Much L.Ø.V.E.
-M
 

Et pour aller + loin

Liens vers articles issus de réussirdanslemariage.com

Formations en ligne que nous proposons et qui pourraient vous intéresser :

À propos de l'auteur

©Valery Villard Photography

Muriel Saldalamacchia

Auteure publiée, International Wedding-Planner & Conférencière

Muriel Saldalamacchia a été nommée « Industry Leader » à de nombreuses reprises à l’occasion de conférences et congrès internationaux dédiés à l’industrie du mariage auxquels elle a participé en tant que conférencière. 

Dans l’industrie du mariage depuis 2008, Muriel est wedding-planner spécialisée dans les mariages de Destination et vis avec son mari et leurs enfants entre France et Italie. Au travers de ses conférences internationales, de son académie dédiée aux wedding-planners en activité et ce site de conseils, elle aide les entrepreneurs à vivre sereinement de leur passion en les faisant grandir, sur les voies de la passion, du travail, et de l’éthique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *