Wedding-planner : métier d’avenir ? Découvrez les débouchés

Wedding-planner : métier d’avenir ? Découvrez les débouchés
Wedding-planner : métier d'avenir ?
©Valéry Villard Photographe | Wedding-planner : métier d'avenir ?

Souvent porté aux nues comme étant le métier d’avenir par excellence, il n’en est pas moins vrai, que d’un point de vue “création d’agences” de wedding-planning, le nombre d’ouvertures ne cesse d’augmenter chaque année.

Sans chiffres officiels faute de code APE spécifique, il est  très difficile donc d’avoir le ratio ouverture d’agence / fermeture d’agence, et en combien de temps.

Wedding-planning : y-a-t-il des débouchés aujourd’hui en 2021 | Wedding-planner : métier d’avenir => est-ce déjà dépassé ?

C’est ce que nous analyser ensemble au travers de cet article, ensemble.

I. S'inscrire dans un marché à maturité

Bienvenue en 2021. Le marché du wedding-planning est désormais à maturité. 
 
Un marché à maturité c’est quoi?  Pour faire simple, c’est lorsque la demande est quasiment aussi forte que l’offre avec pour conséquence une concurrence qui est fortement développée.
Il y a encore quelques années seulement, et je m’en souviens encore, quand j’ai commencé, rien que le mot “wedding-planner” faisait sourire. “Mais elle est sérieuse elle? Elle se prend pour qui” “Aaaah.. organisatrice de mariages”… “mais c’est un métier çà ?” … et j’en passe.
La phase de conquête, et la phase de croissance sont désormais derrière nous. Nous voilà dans un marché à maturité. 
 
Comment savoir d’ailleurs si vous êtes bien positionné.e dans ce marché du wedding-planning ? Quand les personnes qui viennent à vous vous posent plus de questions sur “comment vous allez travailler ensemble” que sur ” et ça consiste en quoi votre métier ?”, là vous savez que vous êtes bien implanté.e. 
 
Enfin, dernière indice qui prouve que vous êtes dans un marché à maturité : la viabilité de votre projet. Aujourd’hui, une agence de wedding-planning est viable (à condition qu’elle soit bien gérée, CQFD. 
Mais promis, cela ne révèle pas (plus) de la sorcellerie. Cela relève enfin de l’entrepreneuriat.  
 
Première réponse donc à la question du jour : “wedding-planning : y-a-t-il des débouchés””wedding-planner : métier d’avenir ? => la réponse sur ce point est OUI

II. Il existe encore des marchés à exploiter

Oui, vous m’avez bien lue : il existe encore quelques marchés qui sont à exploiter… à explorer. 
 
La prestation de service est par essence une manière de consommer dont chacun pourrait se passer. 
 
Une prestation de service vient combler :
– un manque de temps | on fait faire à notre place.
– un manque de compétences | on n’a pas à prendre le temps d’apprendre. on fait faire à notre place.
 
La seule vision qui ne peut être assimilée à un quelconque remplacement : c’est quand on souhaite que ce soit mieux fait que si nous le faisions nous-mêmes. Elle est là la seule bataille pérenne à ce jour pour une agence de wedding-planning.
 
Revenons-en aux marchés qu’il restent à exploiter :
– l’entrée de gamme. Il y a tout à faire. Cela semble impossible  ? Je n’y crois pas une seule seconde. C’est même tout le contraire. Même si les écueils ont été nombreux et les tentatives sur l’entrée de gamme innombrables, il n’en reste pas moins, que sur ce marché : il y a tout à inventer. 
– le marché des réticents à engager un.e wedding-planner, mais pour qui mes blogs et outils gratuits (non personnalisés) ne suffisent absolument plus. Là aussi.. j’en suis convaincue +> il y a une (énorme) place à prendre !
 
Seconde réponse donc à la question du jour : “wedding-planning : y-a-t-il des débouchés” “wedding-planner : métier d’avenir” => la réponse sur ce point est [encore] OUI OUI 

III. Le wedding-planning présent partout

S’il y a bien des points qui hérissent le poil des wedding-planners (allez.. on se l’avoue) c’est de voir tout types de professionnels de mariage proposés, de manière annexe, des services de wedding-planning. 
 
=> Les traiteurs, les lieux de réception, les wedding-designers… 
 
Il y a wedding-planning et…. le reste. 
 
Je resterai ad vitam aeternam convaincue que le wedding-planning ne s’improvise pas, que ce n’est pas un ajout d’activité.
 
C’est un métier à temps (super) plein, avec des spécificités.
 
La bonne nouvelle dans ce point III ? C’est que nous autres wedding-planners avons encore beaucoup de parts de marché à récupérer 🙂
 
Troisième réponse donc à la question du jour : “wedding-planning : y-a-t-il des débouchés” ” wedding-planner : métier d’avenir” => la réponse sur ce point est [encore] OUI OUI OUI

IV. La structuration en guise de support

Je l’ai écrit dans le paragraphe II. Je vais l’écrire à nouveau : Bienvenue en 2021.
 
Quelle satisfaction que de pouvoir s’inscrire dans un marché où la structuration ne fait plus peur, où la structuration devient un objectif commun.
 
Si aujourd’hui le wedding-planning se porte mieux, et ne va cesser de croître, c’est grâce à une synergie commune de structuration :
– de l’industrie du mariage
– de la vision entrepreneuriale en France de manière générale.
 
Quatrième réponse donc à la question du jour : “wedding-planning : y-a-t-il des débouchés” ” wedding-planner : métier d’avenir” => la réponse sur ce point est [encore] OUI OUI OUI OUI

V. La spécialisation en guise d'avenir

Autre signe que le wedding-planning se porte de mieux en mieux ? 
 
Les spécialisations dérivées du métier :
– destination wedding-planner (autre métier, mais ayant en commun au départ le wedding-planning)
– proposal planner (idem, un autre métier, mais une base commune au départ)
– coordinateur de mariage (idem).
 
Cinquième réponse donc à la question du jour : “wedding-planning : y-a-t-il des débouchés” ” wedding-planner : métier d’avenir” => la réponse sur ce point est [encore] OUI OUI OUI OUI OUI

Vous l’avez donc compris à travers ces lignes d’analyses.

À la question du jour : “wedding-planning : y-a-t-il des débouchés” => la réponse sur ce point est  OUI.

À la question du jour “wedding-planner : métier d’avenir” ? là aussi, la réponse est oui ^^

 

ATTENTION : j’aimerai apporter un bémol, une sorte de “petit nuage type cumulonimbus” pour ne pas que vous fonciez tête baissée dans une vague d’optimisme niais.

Dans un marché à maturité comme actuellement, il faut se préparer à la décroissance. C’est un mécanisme économique logique. 

Ce qui va certainement nous sauver ? La sortie de crise liée à la pandémie de la COVID-19.

C’est pour cela qu’il faut encore une fois bien se préparer en :

  • anticipant.
  • réinventant ses cadres de références.
  • allant plus loin dans chacune de nos démarches.

Et pour aller + loin

Lien vers la formation dédiée aux bases du métier

À propos de l'auteur

©Valery Villard Photography

Muriel Saldalamacchia

Auteure publiée, International Wedding-Planner & Conférencière

Muriel Saldalamacchia a été nommée « Industry Leader » à de nombreuses reprises à l’occasion de conférences et congrès internationaux dédiés à l’industrie du mariage auxquels elle a participé en tant que conférencière. 

Dans l’industrie du mariage depuis 2008, Muriel est wedding-planner spécialisée dans les mariages de Destination et vis avec son mari et leurs enfants entre France et Italie. Au travers de ses conférences internationales, de son académie dédiée aux wedding-planners en activité et ce site de conseils, elle aide les entrepreneurs à vivre sereinement de leur passion en les faisant grandir, sur les voies de la passion, du travail, et de l’éthique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *